Marius Pierre Founguess, présentateur de l’émission “Succès du temps passé” a mis fin à ses jours dans la nuit de jeudi à vendredi à son lieu de travail.

Jonas MOULENDA

Tristesse et désolation, vendredi matin, au siège de Gabon Télévision qui abrite également les installations de Radio Gabon, à Libreville. Un animateur de cette entité, Marius Pierre Founguess, la soixantaine, y a été retrouvé mort.

Selon une source proche de Gabon Télévision, l’animateur radio aurait mis fin à ses jours à cause de quinze mois d’arriérés de salaire. Vraisemblablement, il s’est suicidé tard dans la nuit lorsque ses collègues étaient déjà rentrés chez eux.

D’après la source, Marius Pierre Founguess s’est servi du drapeau national pour commettre son acte de désespoir. Collaborateur extérieur à Radio Gabon depuis 40ans, il vivait de sa production. Mais il vivait au vu et au su de tous depuis des mois a la maison Georges Rawiri.

Le siège de Gabon Télévision, théâtre du suicide.

Depuis trois ans, l’animateur  ne percevait plus ses revenus mensuels. Radio Gabon lui devait plus de  treize mois d’impayéss de frais de productions. Comme plusieurs autres animateurs de cette chaîne de radio publique.

A quia, il ne parvenait à payer son loyer. Ces derniers mois, a-t-on appris, il subissait une forte pression de la part de son bailleur. Ce dernier menaçait de l’exoulser de sa maison s’il n’honorait à ses engagements.. Les démarches entreprises par l’animateur auprès de son responsable hiérarchique Bertrand Abiaghe Angoué se sont révélées vaines.

L’acte de désespoir de l’animateur a sapé le moral de ses collègues

Marius Pierre Founguess qui voyait ses difficultés s’accroître avec l’arrivée prochaine de la rentrée scolaire n’a donc pas eu d’autre choix que de mettre fin à ses jours. Pour témoigner son amour au Gabon qu’il a tant aimé et servi, il a utilisé le drapeau national.

Il a laissé un testament émouvant

Dans sa poche, les autorités judiciaires ont retrouvé une bible et un testament à travers lequel il expliquait les raisons son suicide, à savoir les arriérés des frais de production. “Ma vie a commencé ici et s’arrête ici. Je laisse la souffrance, la misère. Que Dieu veille sur mes enfants, “aurait-il conclu son testament.

Le suicide de l’animateur de Radio Gabon est intervenu la veille de l’assemblée générale prévue par les membres du Syndicat des professionnels de la communication (Syprocom) pour réclamer leurs arriéres de salaire. Comme le mois dernier, les autorités ont dépêché un important disposif des forces de sécurité et de défense pour empêcher la tenue de la réunion.