Voyant la vacance du pouvoir poindre à l’horizon, le Premier ministre d’Ali Bongo affûte actuellement ses armes pour prendre part à une éventuelle élection présidentielle anticipée. 

Jonas MOULENDA

LES dispositions prises actuellement par le Premier ministre gabonais, Julien Nkoghe Bekale, laissent croire que la vacance du pouvoir réclamée, à cor et à cri, par l’opposition et la société civile devient une probabilité.

Selon une source proche de la Primature, le chef du gouvernement gabonais fourbit ses armes dans la perspective d’une élection présidentielle anticipée. La semaine dernière, il a eu une entrevue avec des professionnels de la communication pour ébaucher des perspectives d’avenir.

A ses interlocuteurs, Julien Nkoghe  Bekale a demandé de l’aider à former un puissant groupe de presse l’aider à mener  ce qu’il a appelé « la bataille finale. » D’après la source, le Premier ministre gabonais n’a pas exclu de se porter candidat à une éventuelle élection présidentielle anticipée. Il aurait demandé à ses interlocuteurs de bien scruter l’horizon afin de ne pas être pris de court.

L’attitude de Julien Nkoghe Bekale cache quelque chose 

La question que l’on peut se poser est celle de savoir les éléments d’appréciation permettant à Julien Nkoghe Bekale d’entrevoir la vacance du pouvoir. Serait-il suffisamment édifié sur l’incapacité d’Ali Bongo à gouverner le pays ? L’on se souvient qu’il a eu plusieurs rencontres avec le despote valétudinaire.

Nkoghe Bekale semble édifié sur l’état de santé réel d’Ali Bongo. 

Aurait-il senti à un moment ou à un autre qu’Ali Bongo est définitivement inapte à gouverner le Gabon ? Le chef du gouvernement étant l’une des trois institutions habilitées à introduire une saisine auprès de la Cour constitutionnelle aux fins de la déclaration de la vacance du pouvoir, attend-il user de ses prérogatives pour siffler la fin de la création?

Quoiqu’il en soit, les précautions dont il s’entoure ces derniers temps ne sont pas dénuées d’arrière-pensées, loin s’en faut.  Julien Nkoghe Bekale est, en effet, connu pour sa circonspection. Que mijote-t-il au moment où il semble en rupture de ban avec Brice Laurent Jean-Joseph Fargeon, le distributeur de strapontins ?

Il se susurre que le très médiatique directeur de cabinet d’Ali Bongo  veut le dégommer de la Primature pour l’y remplacer par son beau-père Roger Owono Mba, actuel ministre de l’Économie.  L’actuel chef du gouvernement osera-t-il franchir le rubicon en introduisant  une saisine auprès de la Cour constitutionnelle pour la vacance du pouvoir ?