La présidente du Sénat et l’ancien ministre des Eaux et Forêts sont restés à leurs domiciles respectifs, obligeant le directeur de cabinet d’Ali Bongo à aller vers eux. 

Jonas MOULENDA

« Qui veut voir le pape se rend à Rome. » C’est ce dicton populaire que la présidente du Sénat, Lucie Milebou Aubusson et l’ancien ministre des Eaux et Forêts, Guy-Bertrand Mapangou, ont voulu faire appliquer lors de la tournée de Brice Fargeon dans leur fief politique de Fougamou, le chef-lieu du département de Tsamba-Magotsi, dans la province de la Ngounié (sud du Gabon.)

Alors que les autres cadres de la localité sont allés attendre le directeur de cabinet du tyran à la place des fêtes, Milebou et Mapangou, eux, ont refusé d’aller à Canossa. Ils sont restés dans leurs domiciles respectifs pour imposer le respect dû à leur rang et  làeur profil politique. « Ce sont des gens qui ont de la personnalité. Contrairement aux autres cadres du terroir en quête de privilèges, ils ne sont pas allés vers Brice Fargeon », a rapporté un fonctionnaire en poste à Fougamou.

En se faisant photographier avec Guy-Bertrand Mapangou, Brice Fargeon a voulu faire croire à l’opinion qu’il tient tous les cadres du pays dans le creux de sa main, tel un gladiateur romain.

Voulant donner un semblant d’accueil triomphal par l’ensemble des cadres politiques de la localité, Brice Fargeon a été contraint de rendre visite, tour à tour, à Lucie Milebou Aubusson et à Guy-Bertrand Mapangou, restés cois à leurs domiciles respectifs. « Quand M. Mapangou a vu une forte délégation à sa cour, il est sorti. C’est là qu’il a fait une poignée de main à Brice Fargeon », a renchéri une autre source.

Comme il fallait s’y attendre, les piètres scénaristes de Brice Fargeon ont vite fait de photographier Guy-Bertrand Mapangou serrant la paluche à son visiteur pour donner un semblant d’allégence au directeur de cabinet d’Ali Bongo. Or, l’ancien ministre des Eaux et Forêts n’a pas voulu faire des salamalecs au faquin en quête de notoriété.

Guy-Bertrand Mapangou n’a pas oublié le complot fomenté contre lui par Fargeon pour l’ejecter du gouvernement.

Manifestement, il s’agit d’une opération de com destinée à faire passer Brice Laurent Jean-Joseph Fargeon pour un grand pèlerin d’unité et un homme de poigne, alors qu’il manque d’épaisseur de leader politique et d’homme d’État. Lucie Milebou Aubusson  et Guy-Bertrand Mapangou ont, à travers leur attitude, démontré qu’ils ne font pas des salamalecs à un bélître en quête de notoriété.

L’ancien ministre des Eaux et Forêts n’a d’ailleurs pas oublié le complot politique fomenté par ce rastaquouère pour le faire sortir du gouvernement. C’est pour montrer qu’il ne déroge pas à la tradition hospitalière du peuple Gisir qu’il a accueilli avec sourire Brice Fargeon, en tourisme politique dans la région.