Sept des douze millions de F CFA ont déjà été versés à Me Cédric Manguisset, avocat du patron de Kongossanews, au titre des honoraires.

Jonas MOULENDA

LE patron du journal en ligne Kongossanews, Stive Makanga, poursuivi par l’ancien vice-président de la République, Pierre-Claver Maganga-Moussavou, pour diffamation, a reçu un appui financier de taille pour préparer son procès.

Son mentor, Brice Laccruche Alihanga, a débloqué, à son intention, une Somme de 12 millions de F CFA dont 7 millions de F CFA destinés aux frais de l’avocat, Me Cédric Manguisset. Ce dernier est entré en possession de ses honoraires mercredi.

Cette assistance financière porte à croire que Brice Laccruche Alihanga est l’instigateur de l’article pondu par le journaliste Stive Makanga contre Pierre-Claver Maganga-Moussavou, qu’il avait peint comme chef du supposé gang qui aurait vendu du kevazingo à une société chinoise.

Kongossanews fait d’ailleurs partie des journaux en ligne créés à la demande du directeur de cabinet d’Ali Bongo. Ce support numérique n’est pas commercialisé. Il n’a donc aucune rentabilité financière. Ses principaux animateurs ne vivent que des allocations du cabinet présidentiel.

L’aide financière de Brice Laccruche Alihanga à Stive Makanga n’est pas dénuée d’arrière-pensées.

À l’allure où vont les choses, il n’est pas à exclure que Brice Laccruche Alihanga soit cité à comparaître au cours de ce procès, en tant que témoin et instigateur de l’article incriminé. Ce procès revêt tout un symbole pour Pierre-Claver Maganga-Moussavou.

Outre sa volonté de laver son honneur souillé par un journal aux ordres d’une oligarchie,  l’ancien vice-président de la République voudrait mettre le holà à cette propension de Brice Laccruche Alihanga à jeter l’opprobre sur les empêcheurs de tourner en rond.

L’affaire du Kevazingo n’aura été qu’un prétexte pour virer Pierre-Claver Maganga-Moussavou et Guy-Bertrand Mapangou. L’ancien vice-président de la République attend d’ailleurs de pied ferme ce procès pour dégonfler la baudruche fabriquée par Laccruche Alihanga et ses acolytes mafieux.

Ce procès ne s’annonce pas bon pour Laccruche Alihanga 

Il a marqué sa détermination, jeudi,  en allant verser au Trésor public la caution de 20 millions de FCFA exigée par le tribunal correctionnel de Libreville. Les magistrats qui ne croyaient pas Maganga -Moussavou capable d’un tel sacrifice sont désormais dos au mur.

Ils sont tenus de programmer le procès qu’ils voulaient éviter à Brice Laccruche Alihanga et ses obligés parmi lesquels le patron de Kongossanews. Ce dernier osera-t-il dénoncer son mentor ou acceptera-t-il d’être un simple chêne à abattre pour le bûcher l’Hercule ?

Dans tous les cas, ce procès ne s’annonce pas bon pour le directeur de cabinet du dictateur gabonais. Il  mettra en exergue sa roublardise et son amateurisme.  En effet, il a fait virer Pierre-Claver Maganga-Moussavou sans un décret dûment signé du président de la République qui l’avait nommé vice-président de la République.

Un mois après les faits, le fameux décret est toujours introuvable. Une procédure viciée que la victime et son avocat,  Me Jean-Paul Moubembé, lnt fait constater par un huissier de justice auprès du secrétariat général de. « M. Pierre-Claver Maganga-Moussavou est toujours vice-président en exercice », a estimé Me Moubembé lors d’une conférence de presse vendredi à Libreville.