Les appareils dont l’avion présidentiel gabonais  multiplient des rotations entre l’Angleterre, la Russie, l’Arabie Saoudite, la France et le Gabon. 

Jonas MOULENDA 

QUE se trame-t-il au Gabon depuis la dégradation de  la santé du dictateur Ali Bongo ?  La question vaut son pesant d’or, au regard du ballet d’avions suspects à l’aéroport international de Libreville.

Selon une source de l’agence de la sécuritéet de la navigation aérienne (Asecna), des jets des sociétés privées et l’avion présidentiel gabonais, un Boeing 737-7 AV,  multiplieraient des allées et venues entre l’Arabie Saoudite, l’Angleterre et le Gabon.

L’avion présidentiel gabonais

Le dernier vol est celui d’un avion de l’armée marocaine, immatriculé CN-GMT G450. Un autre avion, un bombardier, immatriculé EMM006, en provenance de Moscou, a survolé plusieurs fois  Libreville entre 4h20 et 4h30, avant de prendre la direction sud-est du Gabon.

L’avion de l’armée marocaine qui s’est posé à 4h du matin à Libreville

Pourquoi autant de vols suspects ?  La question taraude les esprits à l’aéroport de Libreville. Un responsable de l’aviation civile, joint par Matin d’Afrique, a indiqué que ce ballet a commencé depuis lundi dernier. Un avion présidentiel ferait le triangle Londres-Riyad-Libreville toutes les quarante-huit heures.

L’avion russe qui a survolé Libreville la nuit dernière

Selon une source proche des services spéciaux, Frédéric Bongo, le cadet du dictateur gabonais, aurait sollicité des mercenaires au Rwanda, au Maroc, en Israël, au Cameroun et en Guinée-Equatoriale pour parer à toute éventualité.” Il veut faire un putsch en cas du décès de son frère. Il n’a pas confiance aux militaires gabonais. C’est pourquoi il a sollicité des mercenaires étrangers,” a confié la source.

Le troisième avion présidentiel a fait de nombreuses rotations ces derniers jours.