Suite à des malaises intermittents, le despote gabonais a été conduit dans la péninsule arabique, depuis la semaine dernière, pour recevoir des soins, afin de tenter de se requinquer.

Jonas MOULENDA 

ON en sait un peu plus sur l’absence au Gabon d’Ali Bongo. Selon une source proche de la présidence de la République,  le despote suivrait actuellement des soins aux Émirats Arabes Unis, à la suite des malaises récurrents.

D’après nos sources, Ali Bongo avait quitté discrètement le Gabon dans la nuit du 21 au 22 décembre  derniers, en compagnie de son épouse Sylvia, de leurs fils Nourredin  Bilal et d’autres membres de la famille.

Pour ne pas attirer l’attention des Gabonais, l’appareil transportant le dictateur avait décollé vers 3heures du matin de l’aéroport international Léon Mba de Libreville. Il s’agirait d’un avion médicalisé dépêché par les autorités saoudiennes, à la suite de l’intervention d’un diplomate gabonais.

La famille Bongo esquive désormais Londres à cause des déboires judiciaires de son fils Bilal

Officiellement, il avait été déclaré qu’Ali Bongo allait en vacances au Maroc. Mais le plan de vol parvenu à notre rédaction a finalement révélé que c’est aux Émirats Arabes Unis que l’avion s’est posé après avoir traversé toute l’Afrique. “Il était mal en point en partant de Libreville. Les vacances de Noël n’étaient qu’un prétexte, ” a confié un proche de la famille présidentielle.

Dans un premier temps, Sylvia Bongo a voulu emmener son époux à Londres. Mais elle a compris que leur séjour n’y serait pas de tout repos, à cause de la plainte déposée par une lycéenne américaine contre leur fils Bilal pour agression sexuelle. Les autorités américaines auraient saisi la justice anglaise pour mettre la main sur le présumé violeur qui a fui leur territoire.

Ali Bongo et le roi du Maroc sont à froid. 

Un autre choix était le Maroc.  Mais le refroidissement des relations entre le roi du royaume chérifien  et le despote gabonais n’a pas plaidé en faveur de cette destination. Les Émirats arabes Unis sont donc apparus comme la dernière option pour conduire le dictateur valétudinaire. Jusqu’au week-end écoulé, il s’y trouvait encore  pour des soins médicaux.

Contrairement à ce qui instillé dans les esprits par les thuriféraires du régime, Ali Bongo n’a pas retrouvé tous ses automatismes. Il ferait régulièrement des malaises. Pour masquer la santé chancelante de son époux, Sylvia Bongo a chassé tous les médecins gabonais qui suivaient son mari.

 

D