Les nouvelles recrues du pouvoir rentreront au Gabon à bord du même avion que le despote, après le sommet sur la paix prévu les 10, 11 et 12 novembre prochain à Paris, la capitale française. 

Jonas MOULENDA 

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’opposition gabonaise. Après deux mois de tractations secrètes, Ali Bongo a réussi à débaucher quatre opposants dans la diaspora gabonaise en France. Selon une source proche du service de renseignement du Gabon, il s’agirait de quatre figures de proue de la résistance en Europe.

D’après la source, les quatre opposants, parmi lesquels deux activistes de renom, étaient en négociations avec les émissaires de la présidence gabonaise depuis septembre dernier. Ils ont finalement accepté la main tendue du despote gabonais. “Ils ont eu la promesse de postes et de grosses sommes d’argent, ” à confié la source, précisant que les transfuges ont obtenu des garanties écrites.

Les quatre opposants débauchés auraient déjà réussi individuellement une avance de 200 millions de F CFA sur 500 millions promis à chacun d’eux.  ” Vu le non-respect des engagements pris par certains opposants dans le passé, le président Ali Bongo n’a pas voulu qu’on leur donne la totalité de la somme convenue. C’est lorsqu’ils seront à Libreville qu’ils toucheront le reste du montant convenu, ” a expliqué un des émissaires du despote.

Le régime de Libreville a décidé d’affaiblir la résistance.

A en croire la même source, il est prévu que les quatre nouvelles recrues du régime dictatorial rallient le Gabon en même temps qu’Ali Bongo, à bord de son avion.” Il veut marquer un grand coup au sortir du sommet sur la paix à Paris. Ils va les présenter publiquement à l’aéroport de Libreville pour prouver qu’il est un homme de paix et qu’il s’est réconcilié avec ceux qui passaient leur temps à l’insulter, ”  a renchéri la source.

Ali Bongo pratique la corruption des masses pour affaiblir le mouvement de contestation de son imposture

C’est par cette méthode déloyale, malhonnête, frauduleuse, immorale et fourbe que l’imposteur et ses acolytes jurent leurs grands dieux qu’ils conserveront le pouvoir usurpé, nonobstant la bourrasque populaire qui souffle par intermittence depuis l’élection présidentielle du 27 août 2016.

Après avoir essayé d’étouffer la contestation populaire par des assassinats, des enlèvements et des emprisonnements, Ali Bongo sort la dernière carte qui lui reste : la corruption des masses. Pourtant, cette méthode déloyale n’est pas un sésame fiable. Ses nouvelles stratégies pour se maintenir au pouvoir s’articulent autour l’achat des consciences dans l’opposition et au sein de la société civile.

Ali Bongo voudrait fabriquer une génération des Gabonais loyale à sa dictature. Ensuite, il poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique toute contestation de son imposture. Il est patent qu’un homme qui a reçu les friandises du pouvoir n’a qu’une capacité de dénonciation très réduite à cause de sa compromission.

Plus sa pensée est bornée à la jouissance des privilèges, moins il peut contester le président illégitime qui dirige le pays. Le tyran veut impliquer ses adversaires dans des pratiques déloyales pour éviter qu’ils ne soient encore libres de dénoncer son imposture, entendu qu’on ne montre pas les fautes d’autrui avec un doigt sale.

Le régime va arroser d’argent  les opposants pour qu’ils se taisent

Selon nos informations, l’usurpateur aurait déjà donné des consignes à ses collaborateurs pour qu’ils arrosent d’argent toutes les têtes de fil de la contestation de son imposture. Après la condamnation du massacre post-électoral et la dénonciation du vaste plan d’empoisonnement d’opposants, Ali Bongo et ses acolytes veulent désormais utiliser la corruption et non la violence directe qui suscite souvent des réactions de la communauté internationale.

A travers ce nouveau débauchage, le régime veut affaiblir davantage la résistance en France. Parallèlement, le pouvoir a décidé Elle a décidé de faire en sorte de bannir le sérieux de la crise politique en cours, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté. Le régime tyrannique est en train de promouvoir tout ce qui permet d’endormir la lucidité du peuple. Il combat tout ce qui menacerait d’éveiller les consciences.

La diaspora, fer de lance de la résistance, est très courtisée par le pouvoir de Libreville.