Les deux hommes ont été placés sous mandat de dépôt, jeudi soir, en attendant leur jugement. 

Jonas MOULENDA

LE pervers présumé Alexis Ndouna et l’ancien ministre de Transport, Justin Ndoundangoye, passent leur première nuit en prison. Ils ont été placés sous mandat de dépôt jeudi  soir.

Les deux hommes ont été déférés devant le parquet de la République dans la matinée. Après avoir été entendus par le procureur près le Tribunal de première instance de Libreville, ils ont été auditionnés par le juge d’instruction.

Ce dernier a, in fine, délivré un mandat de dépôt à leur encontre, en attendant leur jugement. Justin Ndoundangoye est poursuivi pour détournement des fonds publics, tandis qu’il est reproché à Alexis Ndouna des viols sur mineurs.

C'est derrière ce portail que les deux hommes attendront leur jugement.

C’est derrière ce portail que les deux hommes attendront leur jugement.

A cette infraction, s’ajoute un autre grief, celui de complicité de détournement des fonds publics. La justice parquet de Libreville reproche au sulfureux homme d’affaires d’avoir été de mèche avec Brice Laccruche Alihanga, ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo, dans le détournement de plusieurs dizaines de milliards de F CFA.

Les deux hommes ont rejoint leurs amis en prison

Concrètement, les sociétés de Ndouna auraient servi de voie d’échappement des fonds détournés par la mafia du pouvoir. Pendant sa garde à vue à la direction générale des recherches (DGR), les enquêteurs ont cuisiné le pédophile présumé sur se liens avec Brice Laccruche Alihanga.

Quant à Justin Ndoundangoye, il aurait réfuté toutes les accusations de détournement des fonds publics portées contre lui, déclarant avoir été au service d’Ali Bongo. Pourtant, le juge a balayé d’un revers de la main toutes les arguties de l’ancien ministre du Transport, relevant des ambiguïtés et des incohérences.

Au terme de près de dix heures d’audition, les deux hommes ont été finalement placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville. Ils y ont rejoint Brice Laccruche Alihanga, Patrichi Tanasa, Noël Mboumba, Ismaël Ondias Souna, Hermann Bignoumba Ndzondou et tutti quanti, tous incarcérés pour détournement des fonds publics.